GUBERNA Alumni Sparkles - Bruno Colmant

08-03-2021

La diversité est la seule manière d’assurer que nous suscitons une prise de conscience à travers le monde

Si par le passé les banques étaient considérées comme des « fabricants d’argent », aujourd'hui elles doivent jouer un rôle dans la transition qui touche le monde.

Bruno Colmant a de l’expérience dans les deux : le monde académique et celui des affaires. Par conséquent, son point de vue en matière de gouvernance est très original. Sa grande expérience auprès de GUBERNA nous donne également l'opportunité de partager des idées.

Si l’on regarde où GUBERNA a commencé et ce que le réseau est aujourd'hui, son succès est incroyable. 

Prof. Dr. Bruno Colmant

Prof. Dr. Bruno Colmant

Group CEO Degroof Petercam - Member of the Belgian Royal Academy
Vice Chairman of GUBERNA Alumni Council
+32 499 07 33 90
Contact par email

Vous êtes connu pour être le CEO de DeGroof Petercam, surtout auprès de la partie francophone de la Belgique. De nombreux anciens étudiants ont été agréablement surpris de voir une personne si expérimentée devenir Vice-Président de GUBERNA Alumni. Quel a été le vecteur vous permettant de devenir Vice-Président et comment comptez-vous soutenir l’organisation Alumni ?

GUBERNA et moi, c’est une longue histoire, étant l'un des « pères fondateurs » de l’institut. À l’époque, nous avions décidé de fusionner les organisations francophone et néerlandophone en une nouvelle, GUBERNA. En tant que tel, j’ai fait partie du conseil d’administration durant 11 ans. Je me suis retiré il y a 2 ans, car je voulais aider au sein de GUBERNA mais dans une autre position. C’est pourquoi aujourd'hui, je suis fier de devenir le Vice-Président du Conseil Alumni.

J’ai l'intention de consacrer du temps et de l’énergie à cette nouvelle position. Je crois fermement en GUBERNA, car l'institut transmet des valeurs fortes auxquelles j’adhère et que j’encourage activement dans mes différents rôles professionnels. Ayant été un professeur actif au sein des programmes éducatifs de GUBERNA, pour moi, c’est une histoire qui dure et je suis ravi et honoré d'avoir été accepté dans cette nouvelle position.

Pourriez-vous vous présenter et expliquer le contexte dans lequel vous exécutez vos rôles et vos mandats ?

Outre mon rôle de CEO de Degroof Petercam, j’ai deux mandats auprès de conseils d'administration, à savoir pour Brederode et Unibra. J’essaie également de publier les recherches académiques que j'ai effectuées dans le cadre de mon PhD. Ayant écrit un certain nombre d'articles sur la gouvernance, j’essaie de synthétiser mes idées et mes expériences sur le sujet; J’essaie essentiellement de promouvoir les idées pertinentes apprises de mes mentors et de mettre en œuvre dans la réalité des affaires de tous les jours les meilleurs pratiques acquises lors de mon expérience professionnelle et de ma vie académique.

En tant que CEO de Degroof Petercam, que signifie pour vous la bonne gouvernance, plus particulièrement dans le monde de la finance ?

Interview Alumni Sparkles

Je vais vous donner une réponse à deux niveaux. Ce qui a changé dans le secteur bancaire, et plus généralement dans le monde de la finance, est que depuis la crise de 2008, les banques sont de plus en plus conscientes de la sensibilité d'une gouvernance corporative. Comme vous vous en rappelez certainement, de nombreuses banques se sont retrouvées au bord de la faillite il y a à peine 13 ans. Aujourd'hui, les grandes banques font partie intégrante de l’économie globale. Les actionnaires sont différents, car les gouvernements sont impliqués et parce que leur responsabilité sociale en matière de protection des économies publiques est plus importante qu'avant. La façon dont elles sont gérées a aussi changé. Pour Degroof Petercam, la situation est différente, car il s'agit d'une entreprise familiale. Cela signifie que les règles de gouvernance sont conformes à la réglementation bancaire, mais aussi qu’elles respectent les liens familiaux qui maintiennent la société depuis sa fondation il y a 150 ans. Les racines de la société et son ADN ajoutent une dimension supplémentaire qui doit être bien comprise et implémentée au sein de la société.

Étant donné la crise de la COVID et les nombreuses questions sur l'entrepreneuriat durable, selon votre expérience, comment le monde financier et ses dirigeants peuvent-ils ajouter de la valeur en cette période d'évolution ?

Le secteur financier est un acteur mondial majeur. Comme toute entreprise, nous avons dû faire preuve d’agilité et nous adapter à la nouvelle situation : en ajustant notre manière de travailler, en faisant du télétravail, en concevant d’autres façons de créer des relations avec nos clients. La leçon la plus importante que j’en tire est que cette compréhension qu’en tant qu'individus, nous faisons tous partie d'une vision globale. Ce qui change pour les banques, c’est la nature des solutions financières que nous proposons à nos clients. Jour après jour, ils sont toujours plus nombreux à être conscients de leur responsabilité d’entreprise et nous constatons une demande de la majorité de nos clients, et pas seulement ceux de la jeune génération, de pouvoir assurer que leurs investissements ont un sens d'un point de vue sociétal. Les banques ont un rôle important à jouer et nous voulons être un promoteur actif de ce projet. Ceci tend également à démontrer que les banques font face aujourd'hui à plus d’actionnaires qu’auparavant. Si par le passé les banques étaient considérées comme des « fabricants d’argent », aujourd'hui on attend d’elles une implication active dans la transition qui touche le monde.

Cela signifie-t'il que vous prenez des décisions plus difficiles en fonction des nouveaux critères que vous ne le faisiez il y a 5 ou 10 ans ? Et que donc peut-être tous les clients ne sont-ils plus de bons clients ?

Non, je ne dirais pas cela. Bien entendu, si nous nous concentrons sur nos clients, nous sommes comme n’importe quelle banque soumise à la nouvelle réglementation et nous devons documenter correctement les comptes de nos clients. Ceci a changé par rapport à il y a 15 ans. Mais si je me concentre sur les solutions que nous proposons, je dirais que la demande correspond à l’offre. On constate un changement dans la manière dont les gens veulent investir leur argent. N’oubliez pas que Degroof Petercam est une entreprise qui gère les fonds hors bilan, nous ne sommes donc pas une banque de détail. Notre rôle est de nous assurer que l’argent est investi de manière responsable de génération en génération et nous constatons le changement. Il n’y a donc pas de rupture. Il s'agit plutôt de s'assurer que notre offre de produits répond à la demande de nos clients. Et c’est une réussite, car les gens aujourd'hui sont conscients que l’égocentrisme n’a aucun sens si vous voulez investir de l’argent, car à un moment, un investissement égoïste ne mènera à rien. C’est ce que j’appelle une bonne évolution et dans l’intérêt de la collectivité.

Au vu de votre immense expérience, s'il y a une seule chose dans le contexte actuel que vous voudriez changer ou transformer en matière de gouvernance corporative, qu’est-ce que ce serait ?

Prof. Dr. Bruno Colmant

La pandémie à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui change la donne, car il s'agit de quelque chose que l’on aurait pu prévoir, mais que personne ne voulait voir arriver. C’est la preuve irréfutable que lorsque vous dirigez une entreprise, vous devez en permanence penser à l’inimaginable. Rien ne peut être considéré comme acquis. C’est essentiel. Nous allons faire face à d'autres crises économiques, nous allons endurer des changements climatiques et des chocs énergétiques à l’avenir et nous pourrions aussi être confrontés à une agitation sociale. De nombreux éléments positifs et négatifs pourraient affecter nos entreprises. Lorsque vous siégez à un conseil, vous ne pouvez plus penser de manière linéaire, car la volatilité du monde est en train de changer. Cela demande beaucoup d’efforts parce que les gens ne veulent pas risquer ou contester l’ancienne manière de penser. Il est plus facile de penser que le futur sera une évolution linéaire du passé. Mais ce n’est plus le cas. Nous atteignons un point de rupture et c’est une excellente leçon pour tous les membres du conseil de toute entreprise.

En tant que GUBERNA Certified Director et l’un des fondateurs de GUBERNA, quelle est l’inspiration que GUBERNA vous procure pour mener à bien vos responsabilités ?

À mon sens, GUBERNA est un acteur majeur de l’économie belge et même au-delà des frontières. Le plus incroyable dans cette organisation, c’est qu’en 2007, la décision ait été prise de joindre les forces de deux organisations qui poursuivaient le même but : la promotion des bonnes pratiques de gouvernance. Et cela a été un franc succès. C’était une bonne décision de nous unir en rejoignant nos forces, car aujourd'hui GUBERNA établit les normes en matière de pratiques de gouvernance. L’institut offre également une manière efficace d’apprendre, de partager des connaissances, de s'assurer que des liens profonds existent avec le monde académique.

Quand je me penche sur GUBERNA à l’origine et quand je vois ce que l'institut est devenu, on peut dire que le succès est au rendez-vous et c’est vraiment remarquable. La crédibilité et l'impact de GUBERNA ont également augmenté. Quand vous voyez le nombre de personnes qui ont été certifiées, plus tous ceux qui ont participé aux programmes d'apprentissage de GUBERNA et à tous les conseils dans lesquels les membres de GUBERNA sont actifs, je le redis, c’est remarquable. Personne n’aurait pu prévoir une pareille évolution lorsque nous avons créé cette organisation. Je suis vraiment reconnaissant envers toutes les personnes qui ont participé à cette réussite. C’est la raison pour laquelle je voulais à nouveau rejoindre GUBERNA, car si un individu peut apporter sa pierre à l’édifice, il doit le faire.

Y a t’il un travail en cours qui pourrait encore mieux faire connaître GUBERNA et ce que l'institut fait ? Pourriez-vous contribuer à quelque chose de spécifique pour améliorer encore cette reconnaissance ?

Je souhaite m'impliquer dans les programmes éducatifs de GUBERNA et je souhaite faire connaître GUBERNA de la meilleure manière possible. Parce que je crois en GUBERNA et je pense que c’est la responsabilité de tout un chacun au sein du réseau GUBERNA d’en être un bon ambassadeur. Plus nous ferons connaître GUBERNA au sein de l’organisation et en dehors, plus sa crédibilité augmentera. GUBERNA peut devenir une prophétie autoréalisatrice : plus l'institut sera promu, plus les normes qu'il établit seront reprises et à un moment, comme on peut déjà l’observer aujourd'hui, GUBERNA sera le seul interlocuteur capable de discuter de manière raisonnable des questions de gouvernance. C’est seulement l’une des réussites majeures, et on la doit notamment au Prof Lutgart Van den Berghe. Son expertise et son expérience ont une valeur telle qu’elle a été l'une des personnes interrogées par le gouvernement dans les débats sur la gouvernance. Je souhaite faire partie de cette évolution.

Quand on observe les changements au sein du conseil, la mixité des personnes, quels conseils auriez-vous ?

La Belgique a souffert trop longtemps du manque de diversité et ceci a mené à de nombreuses erreurs dans l’économie belge. Si nous jetons un coup d'œil sur le passé, nous constatons qu’au cours des 40 dernières années, nous avons perdu de nombreux centres décisionnels, parce que nous avons entretenu l'idée que nous étions les champions du monde. Et là les ennuis ont commencé. Nous avons connu des vagues de reprises sans précédent et aujourd'hui nous nous rendons compte plus que jamais que nous avons une économie très ouverte. Je dois admettre que ceci a été mieux compris, plus rapidement et plus sérieusement dans le Nord du pays que dans le Sud. Mais aujourd’hui, la diversité est le nom du jeu. Je le constate chez Degroof Petercam, nous sommes une entreprise plutôt traditionnelle qui est encore trop francophone. Nous engageons environ 10 % de notre effectif chaque année et nous mettons l’accent sur la diversité, et pas seulement sur le sexe. Et nous constatons que la société change rapidement en raison de cette diversité. La diversité est la seule manière de nous assurer de susciter une prise de conscience sur la manière dont le monde change. J’en suis fermement convaincu.

Vers l'interview intégrale

À propos de l’interviewer

Cette interview a été réalisée par Jo Benoit

Vice President & General Manager, Angelini Pharma
Chairman GUBERNA Alumni Council
+33 6 30 55 23 14
Contact par email

 

 

Jo Benoit

Vous souhaitez participer à GUBERNA Alumni Sparkles?

GUBERNA veut être une véritable communauté dans laquelle chaque membre peut exercer son rôle d'administrateur dans les meilleures conditions. Afin de stimuler l'échange d'expériences et d'informations, les Alumni de GUBERNA ont lancé cette série d'entretiens en septembre 2020. Objectif : inspirer nos membres à travers les témoignages d'administrateurs professionnels.

Vous souhaitez participer à GUBERNA Alumni Sparkles ou vous avez des suggestions relatives aux interlocuteurs et aux thèmes ? Envoyez un e-mail à Danny Vandevyver.